Saturday, June 30, 2012

Contrat / Contract

Dans l'espoir de me faire un nom, je me suis inscrite récemment sur Fiverr. Pour ceux d'entre-vous qui n'êtes pas familier avec ce site, il offre de multiples services et produits pour la somme de 5$.

Alors, j'ai décidée d'offrir mes services pour faire une carte d'art. Je ne fais vraiment pas beaucoup d'argent mais je fais ce projet par pur plaisir et par le désir de me faire connaitre. Le client voulait un chien de race pug. J'espère que cette carte m'amènera plus de clients, éventuellement.

--------------------------------------------

In order to get my name and talent out there, I recently signed up on Fiverr. For those of you who are not familiar with the site, it offers multiple services and products, all for $5.

I decided to offer an art trading card for that price. I am not making much money but, like I said above, I just want to get my art out there. The customer asked for a pug drawing so I came up with this. I am hoping other customers will come forward eventually.

 

Thursday, June 28, 2012

Olivia Hill


Une artiste à plein temps depuis 2007, Olivia Hill n’a que 26 ans. "Bien qu'une grande partie de mon portefeuille évoque la célébration et le surréalisme onirique», explique Hills. "Laid to Rest est un condensé de la plus amère des fruits de ma jeune vie. Cette peinture représente une mort, mais aussi la vie qui a émergé de cette mort."

Elle souligne que le fond est peint "dans texturés, coups frénétiques qui ressemblent à des ailes noir brillant d'un oiseau balayage, encerclant le corps ci-dessous."

Pour les tons chair, elle utilise une approche plus méthodique: «Je commence superposition avec la plus grande brosse je peux sortir avec jusqu'à ce que toutes les couleurs sont à la bonne place et les valeurs sont bonnes. Puis je mélanger et pousser la peinture avec de plus petits autour de brosses. Pour obtenir des tons chair très bons, je laisse la première couche de peinture sèche et ensuite aller avec des émaux pâles pour atteindre la translucidité."

-----------------------------------------------------------

A full-time artist since 2007, Olivia Hill is just 26. “While much of my portfolio evokes celebration and dreamlike surrealism,” says Hills. “Laid to Rest is a distillation of the bitterest fruit of my young life. This painting represents a death, but also the life that emerged from that death.”

She points out that the background is painted “in textured, frenzied strokes that look like the glossy black wings of some scavenging bird, circling the body below.”

For flesh tones she uses more methodical approach: “I start layering with the biggest brush I can get away with until all the colors are in the right place and the values are good. Then I blend and push the paint around with smaller brushes. To get really good flesh tones, I let the first layer of paint dry and then go with pale glazes to achieve translucence.”

Tuesday, June 26, 2012

Bill W. & Dr. Bob

Le weekend dernier, mon mari et moi avons assisté à la toute nouvelle pièce de théâtre du San José Repertory Theatre, “Bill W. and Dr. Bob”. L’histoire relate les touts débuts des Alcooliques anonymes.

C'était au printemps de 1935 que Bill Wilson, un homme d’affaire de New York, se trouvait en voyage d'affaires à Akron, Ohio, en essayant d'anéantir sa soif pour boire un verre. Il avait touché le fond dans un hôpital, quelques mois auparavant. Pendant qu'il était là, il fut réveillé par un éclair de lumière et de l'expérience d'une conversion spirituelle. Il le poussait à renoncer à cette contrainte qui avait pris le péage incontournable sur son mariage et efficace a terminé sa carrière à Wall Street.

Toutefois, dans le hall de l’hôtel Akron, il voulait ce qu'il voulait. Bien qu'il aurait pu poursuivre n'importe quel nombre de distractions, il a choisi de faire un appel téléphonique à la place. Ce qui a suivi constitue la base de «Bill W. et Dr Bob," une nouvelle pièce sur la création des Alcooliques anonymes que dans son propre subtile, et peut-être même involontaire, ainsi, les communiqués de Wilson au piège de l'hagiographie que la culture l’avait gardé prisonnier.

À Akron,Wilson (Ray Chambers) a pressenti, comme cela pourrait arriver à quelqu'un de ramasser une pinte de lait, qu'il pourrait se sentir mieux s’il parle à un autre ivrogne, il a appelé un ministre qui lui a finalement conduit à un chirurgien nommé Bob Smith (Robert Sicular).

Si Smith pouvait correspondre à la capacité de Wilson pour l'auto-destruction, il était pas d'égal en grandeur. Smith était un homme récessive qui avait une certaine implication avec le groupe d'Oxford, une organisation chrétienne populaire dans les années 1930 qui prêchaient l'auto-amélioration par une orientation divine et la responsabilité. Il était profondément mal à l'aise avec l'idée de cession religieuse, et M. Sicular délivre sens de la pièce de son exaspération face à un cynique de l'humour amer.

Wilson et Smith ont emprunté les principes du Groupe Oxford, comme ils ont emprunté de transcendantalisme, parce que ces philosophies semblait applicable à la lutte contre la toxicomanie. Ensemble, les deux hommes aident les alcooliques à se convertir.

Au chevet du lit d'un jeune homme, hospitalisé pour son problème d’alcoolisme, leur évangélisation semble fonctionner jusqu'à ce que le patient dit qu'il ne pourrait jamais entièrement cesser de boire. Wilson laisse échapper qu'il pourrait y penser abandonner juste pour ce jour-là, et donc l'un des principes les plus célèbres des AA est né.

Il a été dit au sujet de Wilson qu'il pouvait convaincre un chien de sauter hors d'un wagon de viande, mais M. Chambers ne transcende le vendeur pour accéder à la solennité pour laquelle Wilson était aussi connu. Dans "The Big Book,« le A.A. bible, Wilson a écrit: "Je n'ai jamais été un athée. Peu de gens le sont en réalité, cela signifie que pour une foi aveugle dans la proposition que cet univers provient d'un algorithme de chiffrement et se précipite sans but nulle part.”

Le Wilson que M. Chambers dépeint semble incapable de toute contemplation élégante. Il porte un regard sur son visage lisse et se déplace sur la comme si une mouche bourdonnaient autour de sa veste. Il est tout showman tout le temps - un sauveur très peu probable. Mais que peut-être, c’est le point.

“Bill W. and Dr. Bob” est une pièce qui joue au San Jose Repertory Theatre; 101 Paseo de San Antonio, San Jose, CA (408) 367-7255.

-------------------------------------------

Last weekend, my husband and I attended the new San José Repertory Theatre’s play, “Bill W. and Dr. Bob”. The story is about the beginnings of the Alcoholic Anonymous.

It was in the spring of 1935 that Bill Wilson, a self-proclaimed rum hound from New York, found himself on a business trip in Akron, Ohio, trying to annihilate his craving for a drink. He had bottomed out in a hospital some months earlier. While he was there, he was awakened by a flash of light and experienced a spiritual conversion. It impelled him to forsake the compulsion that had taken the inevitable toll on his marriage and effectively ended his career on Wall Street.

However, in the lobby of that Akron hotel, he wanted what he wanted. Though he might have pursued any number of distractions, he chose to make a phone call instead. What followed forms the basis of “Bill W. and Dr. Bob,” a new play about the creation of Alcoholics Anonymous that in its own subtle, and perhaps even unintentional, way, releases Wilson from the trap of hagiography that the culture has kept him in.

In Akron it occurred to Wilson (Ray Chambers), as it might occur to someone to pick up a quart of milk, that he might feel better if he talked to another drunk, so he called a minister who led him eventually to a surgeon named Bob Smith (Robert Sicular).

If Smith could match Wilson’s capacity for self-destruction, he was no equal in grandiosity. Smith was a recessive man who had some involvement with the Oxford Group, a Christian organization popular in the 1930s that preached self-improvement through divine guidance and accountability. He was deeply uncomfortable with the idea of religious surrender, and Mr. Husted delivers the play’s sense of his exasperation with a cynic’s bitter humor.

Wilson and Smith borrowed the Oxford Group’s principles, as they borrowed from transcendentalism, because these philosophies seemed applicable to fighting addiction. Together the two men looked for alcoholics to convert.

At the bedside of one young man, hospitalized for his problem, their evangelism seems to be working until the patient says he could never entirely give up drinking. Wilson blurts out that he might think about giving it up just for that day, and thus one of A.A.’s most celebrated tenets is born.

It was once said about Wilson that he could talk a dog off a meat wagon, but Mr. Chambers never transcends the salesman to access the solemnity for which Wilson was also known. In “The Big Book,” the A.A. bible, Wilson wrote: “I was never an atheist. Few people actually are, for that means blind faith in the proposition that this universe originated in a cipher and aimlessly rushes nowhere.”

The Wilson that Mr. Chambers portrays seems incapable of any elegant contemplation. He wears a slick look on his face and moves about as if a fly were buzzing around in his jacket. He is all showman all the time — a very unlikely savior. But that, perhaps, is the point.

“Bill W. and Dr. Bob” is in an open-ended run at San Jose Repertory Theatre; 101 Paseo de San Antonio, San Jose, CA (408) 367-7255.

 

Monday, June 25, 2012

VW Golf

C'est la fin d'une ère! Cette semaine, nous avons appris que notre bien-aimée Porsche nous a abandonné (j'étais dans le stationnement d'un épicerie avec les enfants, la valise plein de provisions dont trois pintes de crème glacée) quand la Porsche a refusée de démarrer.

Donc, hier, nous sommes allés chez un concessionnaire et nous étions prêt à faire l'achat d'une nouvelle auto. C'est le deuxième véhicule depuis le début de l'année qu'on achète. J'espère que notre vieux pick-up tiendra le coup entre-temps.

Et puis, que pensez-vous de notre nouvel achat? Vous aimez?

--------------------------------------

It is the end of an era! This week, we found out that our beloved Porsche Carrera gave up on us as I was done grocery shopping (with two kids in tow and three pints of ice cream in the trunk). The car refused to start in the grocery store's parking lot.

So, yesterday, we went to a car dealership and we were ready to purchase a new car. It is the second vehicle we buy this year. I hope our old pick-up truck will last, meanwhile.

So, what do you think of our new purchase? Like it or not?

 

Sunday, June 24, 2012

Shop Hop

En ce 24 juin, c'est la dernière journée pour aller faire le Shop Hop, un évènement annuel pour faire le tour des magasins de courte-pointes pour faire estamper un passeport.

Ces derniers jours, j'ai fait le tour complet (12 magasins et un musée). Je me suis retrouvée avec des cadeaux à chaque magasin. Voyez par vous-mêmes tout le matériel qu'on m'a donné. Et ce n'est pas tout! Je risque de gagner des prix pour avoir participer, tel que des certificat-cadeaux, panier-cadeaux ou le grand prix: une retraite pour faire de la couture.

Je me souhaite donc bonne chance! :-)

----------------------------------------

On this June 24th, it is the last day to do the Shop Hop, an annual event to hop from one quilt shop to another. In every store, you get a passport stamped.

Those past days, I did the complete tour (12 stores and one museum). I ended up with multiple gifts from every store I visited. See for yourself with the photos underneath. And it may not be the end! I can win in a drawing where they give gift certificates, gift baskets and the grand prize: a quilting retreat.

I am wishing myself good luck! :-)

 

Saturday, June 23, 2012

Sac à main / Handbag

Il y a quelques jours, c'était notre anniversaire de mariage. Quatorze ans! Comme la tradition le veut, j'essaie de donner un cadeau qui respecte le nombre d'années conjugales. J'ai offert une grosse horloge à mon mari tandis qu'il m'a donné un cadeau très utille: un sac à main.

Le mien devenait desuet (la fermeture éclair est brisé) donc ce cadeau tombé à point. Je vais me faire un devoir de transférer tout mes effets dans le nouveau sac cet après-midi. Alors, que pensez-vous de mon nouveau cadeau?

------------------------------------

A few days ago, it was our wedding anniversary. Fourteen years! Tradition obliged, I try to give a gift according to the number of married years' chart. This year, I gave my husband a big clock while he gave me a needed gift: a new handbag.

Mine was broken (zipper) so this is the perfect gift. This afternoon, I will transfer all my stuff into the new bag. So, what do you think of this new gift?


 

Thursday, June 21, 2012

Rod Williams


Rod Williams est diplômé de l'école l'Université de Washington des Beaux-Arts à St-Louis, au Missouri, mais a travaillé comme architecte d'intérieur pour les magasins de détail jusqu'à environ il y a 15 ans. "Mon médium était alors un marqueur magique, dit-il. «Les dessins que je faisais étaient très détaillées, l'idée était de convaincre le client de nous donner son entreprise."

Le travail avec l'huile est un nouveau départ pour Williams, qui a changé à partir de l'aquarelle, car dit-il, «Dans le monde de l'art, l'aquarelle est plus difficile à vendre, dans chaque galerie, il ya 50 huiles pour tous les trois aquarelles. C'est un exercice différent, mais mes huiles peuvent être tout aussi serré que mes aquarelles l’étaient."

Heureusement obsédé, Williams peint tous les jours, parfois huit ou neuf heures par jour. "Ce n'est pas un problème parce que ma femme joue généralement au bridge. Nous nous réunissons pour les cocktails et le dîner. Je passe la plupart de mes heures de veille, soit avec la peinture ou de penser à la peinture. Parfois je me réveille au milieu de la nuit, quand une image vient à l'esprit, mais se lever à peindre dans le noir n'est pas une bonne chose."

-------------------------------------------------------

 Rod Williams graduated from Washington University’s School of Fine Arts in St-Louis, Missouri, but worked as an interior designer for retail stores until about 15 years ago. “My medium then was magic marker,’ he says. “The drawings I did were very detailed, the idea was to convince the client to give us his business.”

Working in oil is a departure for Williams, who switched from watercolor because he says, “In the world of art, watercolor is harder to sell, in every gallery, there are 50 oils for every three watercolors. It’s a different exercise, but my oils ten to be just as tight as my watercolors were.’

Happily obsessed, Williams paints every day sometimes eight or nine hours a day. “It’s not a problem because my wife is usually playing bridge. We meet for cocktails and diner. I spend most of my waking hours either painting or thinking about painting. Sometimes I wake up in the middle of the night, when an image comes to mind, but getting up to paint in the dark is not a good thing.”

 

Wednesday, June 20, 2012

Petit minou / Kitty

Après la souris, c'est le chat! Je voulais faire un petit chat en peluche et ce modèle a comblée mon coeur. Après un court sondage, j'ai découvert des suggestions d'animaux que mes fans de Facebook m'ont suggérés: chien, grenouille et lapin. Mais l'animal qui revenait le plus souvent, c'est un porc-épic.

J'ai trouvée un modèle et d'ici deux semaines, je débuterai le modèle. Entre-temps, je cherche un logiciel qui transforme les dessins en modèle 3D. Si quelqu'un connait un tel logiciel, S.V.P., communiquez avec moi. J'apprécierai grandement...

---------------------------------

After the mouse, it is the cat! I wanted a small plush cat and this model stole my heart. After a short survey, I discovered some animal choices to make in the coming month, suggestions made by my Facebook fans: dog, frog and rabbit. But the animal that was the most suggested was a hedgehog. So, this will be my next project.

I found a pattern online and within two weeks, I will start tackling the subject. Meanwhile, I am looking for a soft toy making software. If anyone know such software to convert a drawing into a 3D pattern, I'd appreciate the tip.


Tuesday, June 19, 2012

Carte postale / Postcard

Je reçois plusieurs magazines à chaque mois et l'un de mes magazines favoris est Quilting Arts. Non seulement on y parle de courte-pointes mais également, d'art et de tissus également.

Ce mois-ci, on invite les lecteurs a un concours pour faire une carte postale avec du tissus. Donc, ce weekend dernier, j'ai encouragée les enfants à faire une carte postale en peinturant un morceau de tissus. Le prix pour ce concours est qu'on risque d'être choisi pour publier notre carte dans l'édition du mois de Décembre.

On se croise les doigts, mon ami!

-----------------------------------------

Every month, I receive tons of magazines but my favorite's is Quilting Arts. Not only it talks about quilting but also art and fabrics in general.

This month, they invite the readers to create a fabric postcard to talk about their "staycation". So, last weekend, I encouraged the kids to create with me a postcard. We are hoping to be picked to have our art published in the magazine's edition of December.

We are crossing our fingers...



Monday, June 18, 2012

Peggy O’Kelly

Qui savait qu’un pique-nique a le pouvoir d'inspirer un changement de vie? En 1994, lorsque la native de Napa Valley, Peggy O'Kelly, ne pouvait pas trouver un récipient de voyage grandeur nature pour son huile d'olive pour emballer avec son pain, du fromage et des fruits, une idée lui est venue en tête.

O'Kelly a démarré lentement. Au lieu d'acheter un verger, elle a cherché les petits producteurs d'huile d'olive, le conditionnement de leurs biens sous son étiquette Sainte-Hélène Olive Oil Co. dans deux onces bouteilles, ainsi que de plus grandes options. Un an plus tard, elle a quitté son emploi de jour. «J'avais besoin de faire cela au sérieux ou pas du tout», explique t-elle.

Avec 15K emprunté à ses parents, O'Kelly déplacé l'opération hors de sa maison et dans une installation de 2400 pieds carrés. Trois ans plus tard, la mère de deux enfants a commencé le pressage d'huile, en utilisant les olives de producteurs amateurs. Elle ajouta bientôt des vinaigres, tapenades, et bien plus encore.

En 2000, l'entrepreneur déménage dans un plus grand espace avec une devanture de magasin et fournit les grossistes aux détaillants uniquement dans sa boutique et sholiveoil.com: elle a ouvert un deuxième emplacement en 2005. Depuis lors, les ventes ont augmenté d'au moins 10 pour cent par an. "Maintenant, je peux réellement parler aux clients," dit O'Kelly, «plutôt que d'être juste une autre marque sur une tablette.”

-----------------------------------------------

Who knew a picnic had the power to inspire a life change? In 1994, when Napa Valley native Peggy O’Kelly couldn’t find a travel-size container of olive oil to pack with her bread, cheese, and fruit, a light-bulb went off in the CPA’s head.

O’Kelly started slowly. Instead of buying an orchard, she sought out small olive oil producers, packaging their goods under her St-Helena Olive Oil Co. label in two-ounce bottles, as well as larger options. A year in, she quit her day job. “I needed to do this seriously or not at all,” she explains.

With 15K borrowed from her parents, O’Kelly moved the operation out of her home and into a 2,400-square-foot facility. Three years later, the mother of two began pressing oil, using the olives of hobby growers. She soon added vinegars, tapenades, and more.

In 2000, the entrepreneur relocated to a bigger space with a storefront and cut out wholesalers to retail solely through her shop and sholiveoil.com: she opened a second location in 2005. Since then, sales have increased by at least 10 percent annually. “Now I can actually talk to customers,” O’Kelly says, “rather than being just another brand on the shelf."

 

Sunday, June 17, 2012

Bloc du mois / Block of the Month

Comme à chaque mois, je m'inscrit toujours au bloc du mois. Ce mois-çi, le concours donne carte blanche aux participants. Donc, j'ai choisie un motif d'étoile. C'est la première fois que j'entreprenais des motifs de triangles.

L'expérience a été intéressante et espérons que la gagnante aimera mon bloc...

-----------------------------

Like each month, I always register to the block of the month. This month, the contest gave me a white card to the contestants. So, I chose a star pattern. It is the first time that I took on a triangle pattern.

The experience has been interesting and let's hope the winner will like my block...

Saturday, June 16, 2012

Graduation

Avec mon excitation que Savannah avait sa graduation mercredi dernier, j'ai oubliée d'inclure les petits vidéos de la cérémonie. Donc, voici les quelques bouts de vidéos qui ont rapport avec Savannah et sa graduation.

----------------------------

With my excitement, I forgot that I did some little videos during Savannah's graduation. So, here are some bits of the ceremony that concern Savannah:


video

Thursday, June 14, 2012

Fini l'école!!! / End of School Year!

Mes enfants attendaient avec impatience ce jeudi pour leur dernière journée d'école. Nous avons été fort occupé cette semaine avec des partys, la graduation hier soir et la fameuse danse à l'école pour les 5ième et 6ième année.

Voici donc en photo ce moment que nous attendions avec impatience. Savannah est maintenant terminée avec l'école primaire et en août, elle ira à une nouvelle école, qui espérons la rendra heureuse.

-------------------------------------

My children were anxiously waiting this Thursday to be done with school. We've been really busy with parties, graduation and dance last night.

So, here in photos those moments we've been waiting for. Savannah is now done with her elementary school and in August, she will start middle school in a brand new school. Hopefully she will make new friends also.

 

Blog Archive